Le filage est un art particulier. Il a pour moi une façon bien à lui de raconter des histoires, de raconter notre histoire malgré nous.

Voici l’histoire de mon dernier filé main au fuseau.

Il y a un an j’avais appris à teindre la laine aux colorants alimentaires. Mais n’étant pas inspirée par le vert, j’avais un peu oublié cette laine.

Et puis quand j’ai eu envie de reprendre le filage cet été j’ai décidé de choisir une matière première sans stress. En effet, quelque soit le loisir créatif, je suis moins à l’aise quand j’ai peur de gâcher.

J’ai donc filé. Beaucoup. Longtemps. Mais au fuseau ça ne fait jamais un métrage énorme alors j’ai fini par assembler les petits bouts.

Toutes ces variations de verts, ça m’a rappellé A certain shade of green d’Incubus. Je ne renie pas mon passé émo. J’ai donc nommé le projet ainsi, esperant secretement arriver à garder ce dégradé. Sauf que mon assemblage de fil a été un peu aléatoire.

Et puis pour avoir du gonflant et de la solidité j’ai décidé de retordre avec de la coast holst garn. J’ai utilisé le coloris Kingfisher en 2 bains différents et du coloris vista. 

Quand on a des restes de fils même industriels dont on ne sait pas quoi faire, c’est vraiment sympa de les retordre ensemble, d’accepter un résultat aléatoire, de tenter l’imprévisible.

Et voilà, une fois retordu au fuseau j’obtiens 159m de fil avant lavage.

Et après le bain, un joli fil gonflant et qui change sans cesse. J’espère en avoir 100m, à voir ce que je peux en faire.

Le résultat me rappelle le jardin de la maison de Claude Monet à Giverny, les teintes des Nympheas… Alors j’ai rebaptisé ce fil Nympheas et on verra où l’histoire le mènera.

Publicités