Mots-clefs


Parce que parfois on a besoin de s’occuper l’esprit pour ne plus tourner en rond, voici quelques activités que je trouve très efficaces pour calmer les crises d’angoisse.

Parce que je ne sais pas pour vous, mais pour moi rien de pire que les gens qui te disent « mais détends-toi » ou « t’inquiète pas tout va bien se passer ».
L’angoisse n’est pas quelque chose qu’on peut éteindre en appuyant sur un bouton. Par contre on peut chercher à comprendre d’où elle vient.
Très souvent l’angoisse vient d’une perte de contrôle. Là j’attends le coup de téléphone de l’hosto depuis 8h ce matin, forcément je suis nerveuse, car je n’ai pas le contrôle sur la décision prise par les médecins. Mais cela s’applique à tout un tas de situations, de la phobie de l’avion aux paperasseries administratives.
Perso, je ne peux pas me détendre en ne faisant rien, au contraire. J’ai besoin d’évacuer le stress en faisant une activité, mentale ou physique.

Puisqu’on ne peut pas éteindre l’angoisse d’un coup de baguette magique, on peut déplacer l’attention sur une activité qui nous redonne un contrôle concret, nous permettant ainsi de nous détendre, au moins en partie.

  1. Filer : Le filage au fuseau est incroyablement apaisant ! Il demande une grande concentration, ce qui calme l’esprit très rapidement et permet vraiment de se vider la tête.
    Je n’oublie pas bien sur les autres activités manuelles, tricot, couture, crochet, perles… tout ce qui vous permet de vous concentrer !
  2. Dessiner et peindre : n’hésitez pas à varier les supports (verre, cartons) et à faire de la récup !
  3. Le jardinage : en aidant la vie à se développer, on oublie un peu le monde extérieur. Si vous n’avez ni jardin ni balcon et un intérieur trop à l’ombre, vous pouvez vous inscrire à un jardin partagé, cultiver le jardin d’un particulier, ou lire des magazines de jardinage (ce qui permet de garder des emplois !)
  4. Lire : en se plongeant dans un autre univers, on oublie temporairement le sien.
  5. Cuisiner : rien de tel que le pelage de patates tordues pour se concentrer et avoir l’impression de faire une activité utile. Ou faire du fromage. Ou peu importe, tant qu’on se fait plaisir.
  6. Ranger : Le simple fait de m’approcher des zones bordéliques me stresse. Donc de temps en temps, je prends le temps de les ranger et ça va tout de suite mieux. Que ce soit des dossiers dont je sais qu’ils sont mal rangés, ou des tas de sacs dans la cuisine, ou des produits de cosméto maison périmés, je trie, je range et surtout, je m’autorise à jeter ! J’ai remarqué que le mouvement « poubelle minimale » m’incitait à stocker de façon ridicule et me stressait beaucoup. De même le minimalisme (pas toujours volontaire, j’en parlais dans cet article) peut être angoissant car on culpabilise d’avoir trop ou pas ce qu’il faut. La solution, c’est de s’écouter et tant pis si c’est pas parfait. Personne n’a une vie Pintasgram en vrai.
  7. Nettoyer : faire le ménage, mentalement et physiquement. Faites une liste de tout ce qui vous stresse, que ce soit des objets, des endroits, des actes, des gens. Cela vous permettra de trouver des solutions concrètes pour améliorer votre quotidien. Par exemple, les gens me stressent, donc je vais faire mes courses aux heures où il y a moins de monde au supermarché, j’ai mentalement nettoyé le souci « pleins de gens partout qui bougent dans tous les sens ». C’est tout bête mais ça fait baisser le niveau d’énervement. Les objets pointus me stressent car cela force mon cerveau à constamment devoir être en alerte pour ne pas me faire mal dessus, donc fini le blocage des tricots avec des aiguilles par terre, sacré soulagement quand j’ai arrêté ! Il me reste à trouver une nouvelle solution blocage, en attendant je tricote des ouvrages qui n’ont pas besoin de blocage.

Et vous, comment gérez-vous votre angoisse ?

Publicités