Mots-clefs

,


Bonjour, j’ai lu un bon gros pavé délicieux et j’avais envie de vous en parler.

Pour ce qui est de l’intrigue, difficile de résumer 500 pages et des poussières, mais c’est un roman à multiples facettes. C’est bien plus qu’un roman policier (ou qu’un roman avec des policiers), plus qu’une intrigue d’espionnage, ça pousse à la reflexion philosophique sur la nature de l’exil. Ce qui tombe assez bien en ce moment.

Au départ, ça sent le classique : un inspecteur juif, alcoolique, divorcé et dépressif qui fait du boudin dans une chambre d’hôtel glauque en Alaska (oui oui) et finit par résoudre un meurtre. Sauf que au delà de l’intrigue bien ficelée, il y a un style d’écriture incroyable (et félicitations à la traductrice, parce que c’était coton à rendre…).

L’intégralité du bouquin est truffé d’argot yiddish. Et même si, comme moi, vous n’en parlez pas un mot, après 500 pages vous serez presque bilingue. C’est enlevé, précis, jamais pompeux, souvent touchant. Mais oui, il faut s’accrocher. Il faut clairement un bon niveau de lecture pour s’attaquer à ce livre, mais ça en vaut la peine. C’est un peu la différence entre un grand pâtissier et un muffin surgelé.

C’est un roman plus qu’un policier. Et il aborde des thèmes difficiles : la perte des êtres chers, la religion, l’exil, la folie des hommes, et même ça parle de vaches, ce qui n’est jamais pour me déplaire. Mais il n’est jamais triste, ni décourageant. Quelque part, c’est aussi un livre sur la rédemption.

Bref, si vous cherchez un livre original et que vous êtes prêt à fournir quelques efforts intellectuels, jetez-y un coup d’oeil !

https://www.placedeslibraires.fr/livre/9782264050441-le-club-des-policiers-yiddish-michael-chabon/

Publicités