Étiquettes

, , , ,


Ces derniers temps, j’ai recommencé la musique. Et ça a amené des questionnements. J’avais commencé à aborder le sujet il y a quelques semaines dans cet article, où j’abordai le nombre très réduit d’auteurs et d’interprètes diffusés dans les médias.
Aujourd’hui, je me demande ce qui fait une mauvaise chanson. Et est-ce que ça existe vraiment.

La plupart des gens vous diront que tel groupe ou compositeur fait de la grosse bouse innommable. La preuve, à chaque fois que des invités regardent mon étagère de CDs (oui ça existe encore ces choses là), j’ai droit à « nan mais tu peux pas écouter un truc aussi pourri. » Ce qui est intéressant, c’est que chacun considère comme mauvais un artiste différent. Pour certain The Cure est ridicule, pour d’autres Cradle of Filth est du mainstream méprisable.
Mais si il n’y a pas de consensus, si tous les artistes sont potentiellement mauvais, comment peut on juger? Sur quels critères peut-on apprécier la qualité d’une chanson?

Pour en revenir à ce qui a déclenché cette réflexion, je me suis penchée sur un cas précis. Il y a quelques temps j’ai été bombardée par 3 chansons à la suite, chantées par 3 artistes différents, mais avec ce point commun de devenir de pénibles earworms comme diraient les Anglais. Tu n’aimes pas mais ça te reste dans le creux de l’oreille comme une coquillette qui s’accroche au fond de sa casserole. Mais si ça reste dans la tête, c’est que quelque part, une recette a réussi.
A savoir, il s’agit de Halo, interpreté par Beyonce, Secrets par OneRepublic et Rumor has it par Adele. Pour éviter que vous ne me maudissiez jusqu’à la 34ième génération (j’ai déjà un karma pourri merci), je ne vous mets pas les vidéos qui vont avec, je suppose que vous les avez déjà entendues au supermarché ou dans le bus, mais sinon rien ne vous empêche de les rechercher dans votre moteur de recherche favori. Ni peut-être même de les apprécier, qui sait.

Vous aurez peut-être remarqué que depuis le début de ce pavé pompeux, je tente d’insister avec la subtilité d’un éléphanteau sur la différence entre l’auteur et l’interprète. J’ai passé assez de temps dans le milieu de la musique pour savoir que bien rares sont les bombes radio formatées écrites par la personne dont on entends la voix.

Bref, je me suis demandé pourquoi et comment 3 titres que je n’aimais pas, interprétés par des gens dont je me tape le bout du nez avec le pinceau de l’indifférence, pouvaient rester scotchés dans ma tête.
Parce que quelque part, si on retient une chanson, si on a envie de la fredonner chez le dentiste, est ce que c’est vraiment une mauvaise chanson? Elle a réussi son but, c’est une chanson efficace. Alors certes, il y a toute la partie marketing. Je ne vais rien vous apprendre, les maisons de disques payent pour les diffusions radios, donc celui qui est le plus diffusé n’est pas le meilleur, juste celui avec la meilleure stratégie marketing. Mais il y a des trucs que j’entends en boucle au supermarché et que jamais je ne retiens. Et il y a des morceaux reconnus comme des chefs d’oeuvres de composition, comme A change of Season de Dream Theater, que je serais bien incapable de vous fredonner en entier dans le métro.

Apres, je ne vais pas vous retourner le cerveau avec une analyse détaillée de la composition des titres en question, je laisse ce brillant jeune homme vous épater sur la bande son du seigneur des anneaux.

Donc, j’ai fait quelques recherches. Parce que j’ai composé quelques trucs moi aussi, et je sais à quel point c’est difficile d’atteindre l’équilibre entre émotion, rythme, complexité technique… S’il y a une recette absolue, pourquoi pas étudier la question de près.

Il se trouve que les trois morceaux ont été composés par le même type: Ryan Tedder, machine à tube responsable de 30% de ce qui vous gave au supermarché depuis une douzaine d’années. Accessoirement, si vous pensiez ne pas pouvoir chanter parce que vous êtes asthmatique et vite à bout de souffle, cherchez pas, il vous bat à plat de couture. Ça décomplexe, mine de rien.

Alors oui il y a dans ce que j’ai entendu de son travail des techniques qui expliquent ce succès : certaines progressions d’accords, certaines rythmiques, tout ça. Passons sur les rimes classiques des paroles.

Mais surtout, il utilise la plus vieille et plus efficace recette de tous les temps, que peu d’autres auteurs contemporains osent assumer, à savoir la musique religieuse. En effet, des messes du moyen-âge au gospel d’aujourd’hui, la musique religieuse se doit d’être efficace et de rester ancrée dans l’esprit pour transmettre son message. En gros, c’est le jingle publicitaire de la religion, qu’elle quelle soit. Ave maria étant probablement le plus gros earworm de la création.

Voila qui éclaire l’usine a tubes. Ryan Tedder a bouffé du gospel toute son enfance, et on sent bien l’influence massive du gospel dans ses compositions. Grosse rythmique, gros choeurs, arpèges là où il faut… Et donc forcement ça marche C’est un peu vexant de simplicité parfois, mais ça fonctionne, exactement comme quand tu te retrouves coincée dans un RER en panne à la sortie de la messe de l’eglise américaine et que ça se met a chanter et que tu dois lutter de tout ton être pour ne pas être imprégnée des mélodies et des paroles. (Oui c’est du vécu. En fait je kifferais faire du gospel, s’il n’était pas associé à la religion chrétienne parce que quand même y’a des techniques marrantes dedans.)

Bref, pourquoi il y a des groupes géniaux qui font des chansons de plus de 4 accords et 3min30 et qui ne sont pas diffusés au supermarché, je commence a mieux comprendre. Il n’y a pas juste une question de marketing et d’émotions, il y a dans la composition même des règles centenaires qui font la différence entre ce qui reste dans la tête et ce qui s’oublie vite.

Je vous conseille au passage ce groupe italien pour vous nettoyer les oreilles après ces pensées philosophiques. (Au passage pour rappeler que oui il y a de la mélodie dans le black métal, tout ça.)

Et vous, que pensez vous du paysage musical actuel? Qu’aimeriez vous entendre en faisant les courses? Comment définissez vous bonne ou mauvaise musique? Etre ou non musicien a t’il un impact sur vos gouts musicaux?

Publicités