Étiquettes


Je me suis fait une promesse, continuer à apprendre de nouvelles techniques et de nouvelles formes d’art, quoi qu’il arrive. 

J’étais tombée amoureuse du kirigami, découpage de papier d’origine japonaise, il y a quelques années déjà, mais je n’avais pas encore sauté le pas.

Et puis je suis tombée sur un set de papiers kirigami Clairefontaine chez Truffaut et j’ai craqué (la fille qui râle parce que les légumes sont trop chers au magasin bio – wtf 8€ le kg de tomates – mais qui craque sur des futilités à côté. Bref.)

J’avais déjà la plaque de découpe de mon époque patchwork, et j’avais un cutter de précision en stock (le truc qui ressemble à un scalpel, surtout pas les cutters ronds pour patchwork hyper dangereux qui m’ont coûté une belle cicatrice que j’admire encore 20 ans après…), donc j’ai sauté le pas. Ils disaient qu’il fallait aussi un outil plieur, mais comment dire, j’ai fait de l’origami pendant assez longtemps pour savoir plier sans outil. Une règle et de quoi coller (de l’adhésif double-face dans mon cas, mais de la colle en bâton marche aussi), et ça suffit.matériel kirigami

Franchement, avec du papier épais en stock et des dessins trouvés sur le net, on peut se lancer directement, surtout que les choix de papiers ne sont pas hyper à mon goût dans ces sets, mais d’un autre côté j’ai toujours peur de rater quand mes papiers, tissus ou matériaux sont trop beaux, donc autant se faire la main sur un support qui ne m’intimide pas. (ça se sent que je continue d’essayer de justifier mon craquage de dix gros euros là ?)

Et à l’utilisation, ça donne quoi ?

kirigami

Positif :

  • C’est facile
  • Il faut une bonne concentration et ça détend très rapidement
  • Les petites cellules grises sont stimulées
  • Le résultat est plutôt mignon
  • C’est assez rapide à réaliser.

Négatif :

  • Je suis pas fan des assortiments couleurs et motifs (en même temps je suis une grosse goth migraineuse qui aime pas les motifs ni le rose…)
  • Peut-être pas assez d’indication niveau sécurité (heureusement je manie le scalpel de découpe depuis quelques temps donc je sais faire, mais c’est pas forcément le cas de tout le monde.)

Je suis quand même contente de m’être lancée, ça détend, c’est mignon, ça bouffe pas la journée à réaliser donc c’est une activité plutôt gratifiante que je compte bien continuer !

Et vous, connaissez-vous le kirigami ? Avez-vous aussi ce souci de vous angoisser à l’idée d’abîmer un joli matériau au point de ne pas oser y toucher ?

Publicités