Mots-clefs

,


Après avoir passé du temps à tricoter un ouvrage, on est souvent un peu déçue du résultat. Mou, informe, pas comme sur la photo du modèle… C’est bien souvent parce qu’on a passé outre l’étape du blocage.

Le blocage, c’est la mise en forme du tricot.

Il existe différentes méthodes. Certains livres recommandent de bloquer séparément chaque pièce d’un pull avant de tout assembler. D’autres disent d’assembler d’abord et de bloquer le tricot une fois cousu.

Toujours est-il que le blocage permet de mettre en valeur les points, de donner la bonne taille et puis c’est rigolo de voir la transformation du vilain petit canard en cygne majestueux.

Je vais ici aborder la technique courante utilisée pour bloquer les tricots contenant des fibres naturelles, c’est à dire des matières végétales (coton, lin, chanvre…) ou animale (laines, soie…). Si le fil est composé d’un mélange de matières synthétiques (acrylique, polyester, nylon…) et de fibres naturelles, ce blocage fonctionne aussi. Par contre si votre fil est uniquement composé de synthétique, il ne s’étirera pas sous l’action de l’eau et de l’étirement. .

Comment bloquer un tricot en fibre naturelle :

  1. Votre tricot terminé, imbibez-le d’eau à température ambiante. Attention à ne pas utiliser d’eau trop chaude ou trop froide sur la laine, car les changements brusques de température font facilement feutrer la laine.
  2. Essorez-le délicatement
  3. Etendez votre ouvrage sur une serviette propre, avec si possible une texture mousse en-dessous. J’utilise un matelas de yoga, on peut aussi utiliser des carrés de mousse pour enfant. Le tout est de pouvoir enfoncer des épingles dans la matière.
  4. Posez une épingle à chaque extrémité de l’ouvrage.
  5. Posez ensuite des épingles sur les bords. Pour l’instant il ne s’agit pas d’étirer à fond, juste de voir la forme que vous souhaitez.
  6. Une fois que vous avez la forme générale et que la fibre commence à se détendre un peu, repoussez chaque épingle d’un centimètre ou plus si la fibre le permet.
  7. Si vous avez une fibre très extensible, vous pouvez refaire cette étape plusieurs fois, à une demi-heure d’intervalle, pour étendre au maximum l’ouvrage (dans le cas d’un châle par exemple, si c’est pour un pull tenez-vous en aux mesures indiquées par le patron).
  8. Laissez sécher une nuit sans y toucher, en veillant à éviter les changements brusques de température (ainsi que les chats trop curieux, ça fait pas bon ménage avec les épingles).
  9. Enlevez les épingles et c’est terminé.

Voilà pour la théorie, passons à la pratique :

Pour vous montrer comment bloquer votre tricot, j’ai pris l’exemple d’un châle. Au moins la question de « je bloque avant ou après la couture » ne se pose pas, c’est tricoté d’une seule pièce.

Ce châle a été tricoté avec le patron gratuit Age of brass and steam disponible sur Ravelry. J’ai utilisé  le fil SoftFun Denim, un fil coton/acrylique de chez Scheepjes, coloris 502. J’ai utilisé des aiguilles n°4. J’aurai pu utiliser un numéro supérieur pour lui donner un drapé un peu plus souple.

Voici le châle une fois tombé des aiguilles :

IMG_5024.JPGCa roulotte, ça fait un peu petit, ça paye pas vraiment de mine. Je l’ai porté un peu tel quel, mais ce n’était pas vraiment ce que j’avais en tête quand je l’ai tricoté.

Voici la première étape du blocage, pour mettre en forme sans forcer :

IMG_5025.JPG

Et voici l’étirement maximum que je peux obtenir avec cette fibre :

 IMG_5032.JPGComme l’acrylique contenue dans ce mélange ne s’étire pas, le changement n’est pas aussi dramatique que ce qu’on pourrait observer en tricotant le même modèle avec un fil 100% laine.

Et vous, comment bloquez-vous vos ouvrages ?

Publicités