Mots-clefs

, ,


Et donc ils n’auront pas ma liberté de faire n’importe quoi avec mes cheveux.

Cette année, j’ai coupé assez régulièrement moi-même, 2 ou 3 cm tous les 3 mois. Cependant je n’ai pas tellement fait de soins, par manque de temps et de motivation. J’ai toujours du mal à trouver des produits adaptés, difficile donc de parler de routine. Les produits capillaires faits maison sont trop longs à faire et compliqués à conserver, et on tendance à m’encrasser les cheveux. Les shampoings bio ont tendance à ne pas laver et à me filer des allergies.

En ce moment j’utilise le shampooing le Petit Marseillais à la pomme, qui sent bon la pomme verte, lave correctement à condition de ne pas avoir fait un bain d’huile de folie la veille, et ne me cause pas d’allergie, à peu près tout ce que je peux demander.

En août, j’ai décidé d’essayer de changer un peu de ma couleur fadasse, causée par les médicaments.
J’ai donc réalisé moi-même un petit balayage à l’arrache. C’est là que tu es contente d’avoir suivi quelques cours de coiffure quand même, tu sais utiliser un peigne-queue. Rien de bien compliqué, il suffit d’avoir le bon matériel.

Pour les produits, je ne me suis pas foulée, j’ai mélangée de l’eau oxygénée avec de l’après shampoing (et là les coiffeuses s’étouffent d’indignation, je sais). On sépare ses rangs, on prend quelques cheveux sur le peigne-queue, et on applique la crème au pinceau, sans toucher le cuir chevelu. On fait différentes concentrations à différents endroits et on se retrouve avec des reflets roux partout. 4 mois plus tard, j’en suis toujours assez contente, même si bien sûr je doute de pouvoir un jour retrouver ma couleur naturelle blond doré.

Et ces derniers jours, j’ai décidé de changer de coupe. J’en avais assez du dégradé maison en forme de U trop allongé, qui fait que chaque tresse se termine en queue de rat.

Direction le coiffeur donc. Petit coup de stress, mais au final ça s’est plutôt bien passé. J’avais décidé de couper pas mal, car avec la prise de poids, les cheveux très longs tassent encore plus la silhouette.

Clairement vu les tarifs ça ne va pas être pour tous les 6 mois, mais ça fait une bonne base sur laquelle repartir.

Avant le coiffeur :

Après le coiffeur :

Ceci dit, j’ai encore envie d’éclaircir… A voir si je décide de demander un balayage au coiffeur, au risque d’avoir de grosses mèches bien visibles, ou si je m’y remet toute seule, au risque de roussir encore plus.

Publicités