Mots-clefs

, ,


Hier, j’étais motivée à fond pour me remettre à coudre. Après avoir fureté ici et là, j’ai posé mon choix sur le modèle Be de Sacôtin.

J’ai ressorti le scotch, quelques tissus qui traînaient dans les caisses et j’ai essayé de faire fonctionner mon cerveau.

IMG_3751.JPG

Bon, on va pas se mentir, ce fut comme toujours un sketch (ma vie est un gros sketch ces derniers temps).

J’imprime le patron, je le lis. Je n’y comprends fichtre rien, je relis. Je me dis que je comprendrais plus tard, on va commencer par vérifier si le petit carré fait bien 5cm sur 5cm de côté.

Caramba, encore raté.

Je vais ré-imprimer, au grand désespoir de l’imprimante qui est au bord de l’apoplexie. Après coup je réalise qu’il y a deux modèles et que j’aurais dû n’en ré-imprimer qu’un seul question d’économiser encre et papier.

Bref. Normalement, ce sont des signaux qui devraient te montrer que ton cerveau n’est pas allumé aujourd’hui et que coudre n’est pas une bonne option.

Le carré fait 4,9 sur 4,9, on va dire que ça passe.

On passe à l’atelier découpage et scotch. J’ai mis 2h quand même. Paraît qu’il y en a qui on cousu le modèle entier en 2h. Je sais pas dans quel espace-temps j’habite moi, mais c’est pas le même.

N’ayant pas réussi à me décider pour les tissus, je me dis que je vais d’abord couper l’entoilage. Couper, ça va. Et ensuite tu t’occupes des pinces. Et là c’est le drame.

IMG_3752.JPG

En faisant ton marquage des pinces, t’as cousu tes deux entoilages ensemble. Ton cerveau réclame du gâteau du chocolat. T’es allergique au chocolat, au café, tout ça, pas de bol.

Et là tu te dis que ça va gentiment aller rejoindre la pile des projets boulets à terminer un jour où tu auras récupéré un cerveau en état de marche. Sachant que certains projets ont plus de 7 ans, c’est pas gagné.

(Et dire que j’ai quand même cousu des tas de sacs, de layette, de trucs et de machins dans ma vie et non, pas fichue de faire un truc de base quoi.)

Publicités