Étiquettes

, , , ,


english version here

Presque, là est le problème.

Autant ma chère créatrice adore fouiller dans ses piles de modèles pour trouver un patron qui lui convient, et fouiller dans ses cartons de laine avec l’enthousiasme d’un wombat frétillant, autant elle aime pas rentrer les fils. Mais alors, vraiment pas.

Et là, y’en a une blinde. Un tas. Une plâtrée. Un montòn, comme elle dirait.

20140511-193918.jpg

Moi j’y peut rien si elle a choisi un modèle avec pleins de coutures partout et pleins de petits pelotons pour faire des rayures. Résultat, faut rentrer tellement de fils qu’elle n’ose même plus me regarder en face. Tu sais ma grande, ils ont inventé les modèles de layette sans couture. Faudra t’y mettre. Genre celui-là, il a l’air sympa. Parce que Bergère de France c’est bien gentil, mais bonjour les explications où tu dois passer 2 heures à tout ré-écrire et où il y a un tas de coutures à faire.

Bref, voilà que le bébé à qui je suis destiné a décidé de naître en avance, ma créatrice se met à verser une larmichette en voyant les photos sur son ordinateur, et décide qu’il faut que je parvienne à destination au plus vite. Sauf que la destination, elle est de l’autre côté de la manche. Comment je fais moi, je parle pas anglais ? On me dit qu’il suffit que je me contente de me laisser bavouiller dessus et que tout ira très bien. Mouais.

Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, j’envoie donc des ondes à ma créatrice pour qu’elle fasse mes finitions. Une heure à la machine à coudre et c’est plié pour les coutures. Et pour les fils ? Quoi de mieux qu’un après-midi au soleil dans un cadre enchanteur pour se motiver à me rendre présentable ?

allée fleurie sous arche

Et voilà !

brassière bébé noeud

Et vous, comment vous-motivez-vous pour que vos créatrices vous finissent ?

Hâte de lire vos participations !

Publicités