Étiquettes

, , ,


Laver ses pinceaux maquillage, voilà le quotidien d’une maquilleuse.

pinceaux maquillage
Trier, laver, désinfecter, sécher les pinceaux, éponges et autre matériel de maquillage… C’est toujours un peu long certes, mais on ne peut pas faire l’impasse sur cette étape qui permet d’éviter la prolifération de bactéries.

Accessoirement, ça permet de travailler avec des pinceaux propres et qui ne mettent pas des traces roses quand on fait un make-up vert.

Laver ou désinfecter, c’est quoi la différence ?

Laver les pinceaux et éponges consiste à ôter toute trace de maquillage. Pour cela, on va chercher à dissoudre le maquillage. Pour les textures poudre, un produit contenant des tensio-actifs suffit. Pour des textures crèmes (fond de teint, blush crème, rouge à lèvres, mascara…), et pour les nouvelles textures waterproof (eye-liner gel, fards à paupières crème waterproof…), une huile utilisée avant le nettoyant permet de mieux fluidifier la texture et de faciliter le nettoyage.

La désinfection a pour but d’éliminer les virus et bactéries qui peuvent être présents sur la peau, les outils et le maquillage. Le désinfectant pinceau est basé sur un alcool qui dissout partiellement les corps gras, il permet d’enlever le gros du fond de teint sur un pinceau plat par exemple, mais il restera quand même des traces de fond de teint sur votre pinceau, qui apparaitront au shampoing.

Pour résumer : le nettoyant pinceau évite les contaminations et proliférations de bactéries, et le shampooing enlève les traces de maquillage. L’un ne remplace pas l’autre, le nettoyant pinceau ne suffit pas à enlever l’intégralité des textures crèmes et le shampooing ne désinfecte rien (surtout si vous avez eu un modèle avec de l’herpès…). Au niveau professionnel, il est obligatoire d’avoir des pinceaux propres et désinfectés pour chaque client.

Comment je procède pour laver mes pinceaux :

Je nettoie mes pinceaux en 3 étapes. Huile/Shampoing/Désinfectant.

20140304-110858.jpg

Premier bol : l’huile.

Végétale ou minérale selon vos préférences, votre budget ou vos convictions. Ici j’ai utilisé de l’huile d’Abricot Aroma-zone, mais n’importe quelle huile sans odeur et pas trop lourde fera l’affaire. A défaut, les démaquillants biphasés du commerce peuvent aussi être utilisés, puisque la partie qui flotte est de l’huile minérale.

Ce premier bol va servir à dissoudre les corps gras incrustés dans les pinceaux, telles que les textures crèmes : eyeliner waterproof, correcteur crème, blush crème, rouge à lèvre.

Plonger le bout du pinceau dans l’huile, et essuyer doucement en mouvement circulaire sur un mouchoir un peu épais ou un morceau de sopalin. Attention à ce que l’huile ne touche pas la colle qui tient les pinceaux, au niveau de la jointure avec le manche.

20140304-110840.jpg

Deuxième bol : le shampoing.

 Vous pouvez choisir soit un shampooing doux, type bio à la composition irréprochable, soit un shampoing pour bébé, soit un shampooing bas de gamme blindé de silicones, qui permettra une meilleure mise en forme du pinceau et un meilleur glissant. Si vous optez pour le sans silicone, il faudra faire régulièrement des masques à vos pinceaux.

20140304-110447.jpg

Troisième étape : le désinfectant pinceaux.

Contrairement à beaucoup de vidéos et tutoriels de maquilleurs connus qu’on peut voir sur internet, je ne recommande pas de verser du désinfectant pinceau dans un bol pour tremper les pinceaux dedans. Ni d’utiliser un spray.

Ce qu’on oublie de vous dire, c’est que le composant principal du désinfectant pinceau est un alcool volatile hautement toxique à l’inhalation. Ce qui veut dire que quand vous en versez, les molécules partent rapidement dans l’air, et comme vous êtes au dessus, vous en respirez sans vous en rendre compte. Et ça vous flingue le foie en silence, l’alcool en question étant hépato-toxique à l’inhalation et à l’ingestion.

C’est pour ça qu’il est toujours écrit de l’utiliser dans une pièce ventilée.

Sauf que, en général, on fait la désinfection tôt le matin, tard le soir, dans un backstage glacé et sans fenêtres. Ou alors entre les clientes, dans une atmosphère surchauffée et étouffante. Rarement en plein air. Donc, pour limiter les contacts avec ce produit loin d’être anodin, je préfère le mettre dans un flacon doseur, en verser quelques gouttes sur un mouchoir ou un sopalin, et appliquer le pinceau dessus, loin de mon nez, et répéter autant que nécessaire. Les mouchoirs imbibés utilisés doivent être ensuite mis dans une poubelle fermée (sac, trousse…).

En plus, ça fait faire des économies, on en utilise beaucoup moins. Ce n’est pas toujours applicable dans toutes les situations, mais autant limiter l’exposition.

C’est volontairement que je ne donne pas de recette pour faire soi-même son désinfectant pinceau, car je considère que la manipulation de ce type de produits toxiques doit s’accompagner d’une formation afin de savoir gérer les risques.

mini volute

Exemple pratique : Comment laver le pinceau biseauté recouvert de liner waterproof bien noir et qui a séché entre-temps. (Le pinceau vient de chez EcoTools et il est très cool et pas cher, le liner waterproof vient chez Essence et il est top.)

20140304-110928.jpg

On trempe le pinceau dans l’huile :20140304-110954.jpg

On l’essuie pour enlever le gros du liner waterproof :20140304-111013.jpg

On le trempe dans le shampooing :

20140304-111025.jpgOn rince bien et on sèche soigneusement.

On le passe ensuite au désinfectant pinceau et on le pose soit à plat, soit tête en bas pour le faire sécher.

Et on recommence jusqu’à avoir fini la vaisselle de pinceaux !20140304-111035.jpg

(Voilà, c’était donc le marronnier du blog beauté. )

Et vous, comment procédez-vous pour laver vos pinceaux ?

Vous
pouvez me suivre sur :
Facebook – Hellocoton – Dokuji – Inspilia – Ravelry – Thread and Needle

Publicités