Il y a des jours où on voudrait écrire de belles choses. Arriver à écrire ce qu’on ressent face à l’horreur et la haine au quotidien. Comment peut-on arriver à parler de futilités quand on se prend un tel choc dans la figure ?

Pourtant les futilités, c’est ce qui nous fait tenir au quotidien. Et chacun a son choc, et sa manière d’y réagir. Pendant bien des affrontements et autres  carnages, j’ai continué à publier des recettes de cosméto maison d’un ton froid et impersonnel. Et n’importe qui faisant coincider les faits me trouverait superficielle et sans coeur. Mais non, je ne voulais simplement pas en parler, je voulais rester en retrait.

Mais pourtant aujourd’hui ça me fait un choc de lire des articles beautés, des articles sponsorisés, des choses légères… Je n’y arrive pas. Je n’y arrive plus. Il y a trop d’informations, trop d’hypocrisie (ha la joie des gens qui « aiment » sans même prendre le temps de lire), trop de publicités cachées sous le sponsorat… Trop de tout mais au final cette impression de s’y perdre.

Ces derniers temps, j’ai constaté que j’habitais dans un pays rempli de haine, de peur de l’étranger et de l’inconnu. Je pensais qu’on était à l’abri. Je pensais qu’on était au dessus de ça. Je pensais qu’on aurait jamais de troisième guerre mondiale, que les gens n’étaient pas aussi aveugles. J’ai perdu bien des illusions ces derniers mois. Et aujourd’hui..

Aujourd’hui mes pensées vont aux survivants et aux familles de Sandy Hook, du marathon, aux habitants, aux familles des policiers morts en service, à mes amis américains.

Nous avons vu le pire de l’humanité, mais aussi le meilleur. Mais le meilleur, lui, ne fait jamais la une des médias…

 

Publicités