Mots-clefs

,


I wrote and erased that post about a dozen times. Lately I’ve been struggling with my writing on this blog. Either it’s too personal and I can’t publish it, either it’s personal and important for me but nobody gets it, either it feels superficial and useless. Whatever. Life goes on.

J’ai écrit et effacé cet article des tas de fois. Je bataille de plus en plus avec mes écrits sur ce blog. Soit c’est trop personnel pour être publié, soit ça me tiens tout de même à coeur mais j’ai l’impression d’être incomprise, soit c’est superficiel et ça ne me satisfait pas. Sans compter qu’il m’est de plus en plus difficile d’écrire des articles personnels en français. Tant pis, la vie continue.

So here are 2 people amongst those who inspire me right now:

Lisa Middlelhauve : not just a talented musician, not just the former singer in Xandria and Whyzdom, Lisa writes wonderfully. She gets me thinking. We have a lot in common, and I really feel sorry I didn’t meet with her back in the days. She has a lot to say about what it’s like to be a woman in the music industry, and believe me, she’s not mistaken. She created the Eve’s Apple community of professional female singer. Their essays are honest, brave and incredibly inspiring. I’ve been through a lot of what they are talking about. As a former singer and musician, of course, but also as a make-up artist. Because it’s pretty much the same process when it comes to make-up, beauty and fashion industry. Too often, people ask you to copy, not to create. Being a woman in these industries makes a difference, but not always a good one. You’re always too fat, you never sing high enough, you never wear enough make-up…Seriously, was Dani Filth ever asked to loose his beer-belly by his record company ?

Alors voilà deux personnes qui m’inspirent (et me remontent le moral) en ce moment :

Lisa Middlelhauve : elle n’est pas seulement une musicienne douée, ni l’ex-chanteuse de Xandria et de Whyzdom. Elle écrit des textes magnifiques. Elle me fait réfléchir. Nous avons beaucoup en commun, et je regrette de ne pas l’avoir rencontrée quand j’en ai eu l’occasion. Elle a beaucoup à dire sur les coulisses de l’industrie musicale, en particulier en ce qui concerne le sexisme. Elle a crée la communauté Eve’s Apple qui regroupe des chanteuses professionelles. Leurs écrits sont vrais, courageux et m’inspirent. Elles parlent de beaucoup de choses que j’ai enduré. En tant que chanteuse et musicienne, mais aussi en tant que maquilleuse professionelle. Le processus est assez similaire dans l’industrie de la beauté et de la mode. Trop souvent, on te demande de copier, et non de créer. Etre une femme fait une différence, mais rarement dans le bon sens. Tu seras toujours trop grosse, tu ne chanteras pas assez haut, tu ne seras pas assez maquillée… Franchement, est-ce que la maison de disque de Dani Filth lui a déjà fait des remarques déplacées sur l’ampleur de son bide à bière ?

A few videos of Lisa / Quelques vidéos de Lisa :

En live avec Serenity et en acoustique avec Xandria

I auditioned a lot, got in a few bands. But it was always the same thing : « Be like Tarja ! », « Can you sing like the chick in Evanescence ? », « Can you dye your hair in black and loose 10 pounds ? »… It was the nightmare of music school being back, again. « Don’t be yourself, we don’t care who you are and what’s inside you, we want you to be a copy of this and do that exactly this way ». One thing I learnt from life, don’t do it if you don’t feel like it. No band is worth damaging your vocal cords, no photoshoot is worth feeling terrible.

J’ai passé un paquet d’auditions, fait partie de quelques groupes. Mais c’était toujours le même refrain : « Tu peux faire comme Tarja ? », « Tu veux pas chanter comme la meuf dans Evanescence ? », « Tu pourrais perdre du poids et te teindre les cheveux en noir ? ». C’était le même cauchemar qu’au conservatoire. « Ne soit pas toi-même, on s’en bat l’oeil avec une patte de crocodile femelle de qui tu es, on veut que tu copies machin et le fasse exactement comme ça. » S’il y a une chose que j’ai appris dans la vie, c’est qu’il ne faut pas le faire si on ne le sent pas. Aucun groupe ne mérite qu’on se bousille les cordes vocales. Aucune séance de prise de vue ne mérite qu’on se sente déprimée.

Talking about photoshoots…

Mini Miu : I discovered Minimiu’s blog only a few months ago, and she’s a very talented model. Yes, a nude, fetish, daring model. I don’t have a problem with exposed skin. (I already said that in my post about choosing a make-up school, but seriously if you have a problem with watching somebody naked, don’t become a make-up artist, you’d have to touch naked skin, you know). I believe women should be proud, not ashamed to be who they are. It’s very interesting to exchange with someone else in the make-up, photography industry. Not everyone can understand what makes a photo shoot comfortable and entertaining, and what can make it depressing and useless. She reminds me how I miss my job as a make-up artist. Maybe, someday. (See I’m quoting the Cure now).

En parlant de prises de vue :

Mini Miu : Je n’ai découvert le blog de Mini Miu que depuis quelques mois, mais je peux déjà dire que c’est une modèle très douée. Oui, une modèle de nu, festish, une modèle qui ose. Je n’ai aucun problème avec la nudité. (J’en ai déjà parlé dans mon article sur le choix d’une école de maquillage, mais si regarder quelqu’un à poil vous pose problème, ne faite pas ce métier, parce que vous auriez à toucher la peau en question…) Je suis convaincue que les femmes devraient être fières et non pas avoir honte. C’est très interessant de discuter avec une collègue de l’industrie du maquillage et de la photo. Tout le monde ne comprend pas ce qui fait la différence entre un shooting amusant et interessant, et un shooting nul et déprimant. Elle me rappelle à quel point mon travail de maquilleuse me manque. Peut-être, un jour…

Thank you, dear people out there who inspire me. Merci à vous tous qui m’inspirez.

I don’t believe in fairytales, but I believe in you.

(Ho yeah, and Dani Filth’s beer belly…)

Publicités