Mots-clefs

, ,


Parfois, c’est juste trop. Trop de choses en-cours, trop de choses à gérer, trop de choses accumulées et l’impression de toujours courir après quelque chose qui ne viendra pas.

Et puis de toute façon, ça ne sera jamais assez bien.

Ce matin j’ai commencé à écrire un article tout à fait sérieux sur le marché cosmétique actuel. Une demi-heure plus tard, j’en étais aux bébés dauphins et à la faim dans le monde. C’est là que je me dis que non, ce n’est pas ce dont j’ai envie de parler, en fait. Que mes opinions, je fais mieux de les garder pour moi. Je n’ai pas la moindre envie de devenir un blog à polémiques. Même si ça serait peut-être beaucoup plus facile. Qui sait, peut-être vais-je finir par ouvrir un… quatrième ? non, cinquième blog, un truc comme tout le monde, sponsorisé de partout, avec des promos qui clignotent et des bébés loutres. Ou des bébés wombats, ça marche bien, aussi.

Je vous parlerai probablement de l’évolution du marché cosmétique, un jour.

porte épingle rat gothMais pas aujourd’hui. Aujourd’hui je vais vous dire que j’ai fait ma goth, j’ai pris ce qui me tombait sous la main et qui aurait dû finir à la poubelle et j’ai cousu un porte-épingle mi-rat mi-taupe, en patchwork, à l’ancienne et à l’arrache.

Il est tout à fait laid, je l’aime beaucoup. Et je vais pouvoir lui planter pleins d’épingles dedans.

La perfection, il y aura toujours les autres pour l’atteindre. Je me fiche de ne pas être parfaite, que mes techniques soient pourries, que mes fringues ne soient pas à la mode, que mon style soit perfectible, que mes lectures soient de bas-étage.

Parfois, c’est reposant d’abandonner le combat et d’accepter d’être limitée. (Et même vous avez droit à un supplément emo gratuit en cliquant ci-dessous).


A Fire Inside – This time imperfect

Publicités